Opération d’aide pour les écoles publiques du Liban ICI

Chantemerle a 60 ans

Le 18 décembre 1960était inauguré le centre de vacances de Chantemerle à Seyne-​les-​Alpes

Le centre à sa création

Le dimanche 18 décembre 1960 à 12h était inaugurée la «Maison des enfants sinistrés de Fréjus» (appelée ensuite Chantemerle) dont la première pierre avait été posée le jeudi 30 juin…Chantemerle était né du fait de la volonté du CA de «l’Oeuvre départementale des Pupilles de l’école publique du var» (l’ODPEP du Var plus communément exprimé, OPEP83), suite à la catastrophe du barrage de Malpasset de Fréjus, occasionnant 423 victimes dont 150 jeunes de la maternelle au Lycée. Un projet approuvé par Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale Pierre André Boulloche et les préfets des Basses-​alpes et du var ainsi que des maires de Fréjus et de Seyne qui fit don de la moitié du terrain. Une réponse à la tragédie pour l’avenir.

Le président de droit, Inspecteur d’académie du Var, Fernand Mory avait suggéré l’idée de cet établissement pour les enfants sinistrés et au-​delà pour le monde scolaire et la jeunesse. C’était un homme qui avait traversé la guerre, comme tous les collègues administrateurs, rompu aux épreuves difficiles, douloureuses et tragiques. Sa lucidité et sa dimension intellectuelle et militante ont initié ses réflexions et son engagement face à cette tragédie dans un contexte de crise du drame de la décolonisation (la guerre d’Algérie) dans une France à la charnière de la tradition et de la modernité.

Soixante ans après Chantemerle, malgré la crise sanitaire, prend un nouvel élan avec une rénovation technique et technologique remarquable qui répond aux contraintes réglementaires et aux aspirations actuelles. Le CA, sous la présidence de Dominique, a pris le risque face à une situation défavorable aux établissements accueillant séjours scolaires, vacances, séjours divers et autres de maintenir l’activité de l’établissement et de le développer. Dominique avait permis en 2001 d’assurer la majorité au CA pour le maintien de Chantemerle, en difficulté et menacé, bénéficiant pour 20032004 d’une première tranche de travaux de rénovation pour la partie annexe. Et devenu président, Dominique a initié la poursuite du plan de rénovation et de restructuration de ces bâtiments rénovés selon les critères techniques actuels, avec détermination et même un engagement physique exceptionnel.

Il récupère ainsi le témoin passé par son illustre lointain prédécesseur Fernand Mory, fondateur, témoignant aussi de sa dimension personnelle et militante qui honore notre AD.

Ce 18 décembre 2020, je tenais à vous faire partager mon émotion personnelle pour ce passé que j’ai connu, témoin enfant de 10 ans et plus, ayant eu la chance et le privilège de côtoyer Fernand Mory (Docteur en Géographie) jusqu’à sa retraite en 1970 ainsi que certains administrateurs militants de l’époque. Fernand Mory a été un exemple pour moi, 60 ans après Dominique est aussi un exemple d’engagement pour l’éducation et les PEP en présidant un CA de personnalités diverses militantes bénévoles, professionnelles, humanistes et attachantes.

Nous n’avons pas pu commémorer sur place cet anniversaire en inaugurant les locaux rénovés mais la mémoire demeure…«Le présent est le passé ou le passé est l’avenir» disaient les Mayas, Chantemerle représente les trois: le passé, le présent et l’avenir. L’engagement de 1960 était un défi pour l’avenir de la jeunesse à partir d’une tragédie, aujourd’hui c’est un nouveau départ. Nous inaugurerons plus tard «Tout vient à point à qui sait attendre,» ce n’est que partie remise…

Pierre Constans (vice-​président PEP83)

« L’idée se fit peu à peu de réaliser une œuvre durable qui symbolisât aux yeux de tous l’élan unanime de générosité et apportât aux orphelins et sinistrés de Fréjus un légitime réconfort pour atténuer leurs malheurs : Mr L’Inspecteur d’Académie pensa à créer une Maison d’enfants pour les écoliers de Fréjus.

Le projet fut approuvé par M. le Ministre de l’Éducation Nationale, MM. Les Préfets du Var et des Basses-​Alpes. MM. Les Maires de Fréjus et de Seyne les Alpes apportèrent une aide efficace. Il lui fut possible de faire édifier sur un terrain de 8 ha, dont la moitié offert par la municipalité de Seyne-​les-​Alpes, deux bâtiments conçus par MM. Carta et Raynaut, architectes à Digne et réalisés par une équipe d’entrepreneurs qui ont eu à cœur de bâtir quelque chose de solide, d’accueillant où 75 enfants trouveront dans un site splendide, air pur, confort, éducation et pourront acquérir une merveilleuse provision de santé…

Un troisième bâtiment sera construit par la Fédération des Œuvres laïques du Var et l’ensemble recevra pendant les vacances scolaires deux groupes de 150 enfants.

C’est donc près de mille écoliers qui chaque année pourront profiter de la Maison des enfants de Fréjus à Seyne-​les-​Alpes.

L’argent de la collecte a été bien employé, de la meilleure façon pour venir en aide aux enfants victimes de la catastrophe de Malpasset, leur apporter le réconfort matériel et moral qui peut atténuer leur malheur. »

extrait du discours de l’Inspecteur général Directeur du cabinet du Ministre de l’éducation nationale, le 18 décembre 1960)